Critique the blue pale eyes

The Pale Blue Eye : critique du film actuellement sur la plateforme de streaming Netflix

Le thriller intrigant The Pale Blue Eye arrive sur Netflix avec une distribution de rêve, mettant en vedette Christian Bale, Gillian Anderson, Toby Jones et Robert Duvall. Bien que le film de Scott Cooper ait eu une sortie limitée en salles aux États-Unis, sa présence discrète sur la plateforme de streaming pourrait être le reflet d’un manque de confiance de la part de la société de production. Malheureusement, le potentiel élevé de The Pale Blue Eye est dilapidé par une histoire bien construite mais décevante qui laisse les spectateurs sur leur faim.

Avec un démarrage époustouflant, « Augustus Landor » vous entraîne dans l’enquête palpitante d’un détective vétéran torturé, interprété par Christian Bale. Après avoir perdu sa femme d’une maladie soudaine et sa fille qui s’est enfuie avec un étranger, Landor vit en reclus. C’est alors qu’il se retrouve plongé dans une enquête sur le meurtre d’un étudiant d’une académie militaire américaine. Il fait rapidement la connaissance d’Edgar Allan Poe, un cadet et aspirant poète, qu’il convoque pour l’aider à trouver les coupables de ce crime brutal. Mais attention, l’intrigue est parsemée d’éléments irréalistes qui pourraient venir perturber les surprises de cette enquête intense.

Synopsis

Dans leur enquête pour résoudre les crimes les plus sordides, Landor et Poe semblent plus dépendants de la chance que de leur propre génie. Malheureusement, cela conduit à des histoires peu crédibles et peu inspirées, avec des indices, des suspects et des témoins qui tombent par hasard sur leur chemin. Les autopsies bâclées, les membres de la famille trop coopératifs et les arbres généalogiques trop commodes sont peu justifiés et transforment ce qui aurait pu être une grande énigme en un récit simpliste. Même lorsque le cinéaste a de bonnes idées, son exécution amateur diminue l’impact du grand twist final, laissant les téléspectateurs insatisfaits.

The Pale Blue Eye offre un regard unique sur les genres du suspense policier et du thriller surnaturel, mais malheureusement, tombe dans une crise d’identité constante en essayant de les combiner. Au lieu d’un patchwork habilement cousu, le film manque de la tension qui rend ces genres si captivants pour les spectateurs.

Une réalisation remarquable

Le réalisateur Cooper prend le taureau par les cornes en abordant les défis narratifs de The Pale Blue Eye avec brio grâce à une mise en scène remarquable et une photographie saisissante. Il parvient à combiner l’élégance des costumes d’époque avec l’atmosphère glaciale de l’hiver américain pour créer des séquences visuellement immersives qui captivent le public. On retrouve ici la même maîtrise qu’il avait montrée dans Crazy Heart, qui lui avait valu une reconnaissance internationale en 2009. Il parvient à maintenir l’intensité même lorsque le scénario s’affaiblit.

Les acteurs

Avec « Film Trois » de Cooper, Bale nous offre une performance solide, mais loin d’être l’un de ses meilleurs travaux. Malheureusement, les acteurs secondaires ne parviennent pas à suivre le rythme. Jones, Duvall et Boynton livrent des performances apathiques, ne donnant pas vie à leurs personnages même dans les scènes les plus émouvantes. Anderson, quant à elle, semble être dans un tout autre film avec une interprétation excessivement exagérée qui est décevante comparé à ses performances habituelles, même dans les rôles les plus petits.

Melling brille en revanche dans « The Pale Blue Eye » en se fondant dans le rôle de Poe. Intensément captivant, il laisse derrière lui toute trace de son passé en tant que Duda Dursley, ajoutant une performance marquante à sa série de rôles remarquables dans des productions comme « The Queen’s Gambit » et « The Tragedy of Macbeth ». Même si le film ne réussit pas complètement, la présence de Melling transforme les 128 minutes d’histoire capricieuse en une expérience cinématographique captivante.

Pour finir

Avec une distribution de talents étoilés et une histoire intrigante, The Pale Blue Eye s’impose comme un thriller à ne pas manquer sur Netflix. Bien que n’atteignant pas les hauteurs de folie promises par ses grands noms, le film se distingue par sa structure solide et sa capacité à captiver le spectateur. Si vous êtes à la recherche d’une histoire palpitante et d’une réalisation efficace, The Pale Blue Eye est un choix judicieux. Ce film ne passera pas inaperçu et devrait conquérir les cœurs des amateurs de thrillers.

Récapitulatif The Pale Blue Eye :

Titre original The Pale Blue Eye
Réalisation Scott Cooper
Scénario Scott Cooper
Musique Howard Shore
Distribution Christian Bale, Harry Melling, Gillian Anderson, Robert Duvall
Sociétés de production Cross Creek Pictures, Streamline Global Group
Pays de production États-Unis
Genre Thriller
Durée 128 minutes
Sortie 2022
5/5 - (2 votes)

thread horreur Previous post Les meilleurs Threads Horreur Français
watercooling Next post Tout savoir sur le Watercooling