Avis Berlin Netflix

Berlin sur Netflix : Avis et critique

Les fans de la série à succès de Netflix « La casa de papel » seront ravis d’apprendre que Pedro Alonso reprendra son rôle de Berlin, personnage énigmatique, dans le préquel très attendu, intitulé à juste titre « Berlin ». La série originale ayant conquis le public du monde entier et étant devenue l’un des titres non anglophones les plus populaires de Netflix, le retour de Berlin promet d’être un ajout passionnant à l’univers de « La casa de papel ».

Du favori des fans à la star du préquel

Malgré la disparition prématurée de Berlin au cours de la deuxième saison, son personnage est resté un favori des fans, laissant les téléspectateurs dans l’expectative d’une présence plus charismatique et moralement ambiguë. La série préquelle à venir explorera le passé de Berlin, le montrant à l’apogée de sa carrière de voleur, orchestrant un casse audacieux dans la ville romantique de Paris. Ce nouveau chapitre de l’histoire de Berlin promet de dévoiler les principales différences du personnage, permettant aux fans de mieux comprendre ses motivations et ses actions.

Une nouvelle version de l’original

Alors que « La casa de papel » a captivé le public avec ses braquages intenses et ses enjeux dramatiques, « Berlin » vise à apporter une touche de fraîcheur à la formule originale. La série préquelle aura un ton plus comique et romantique, injectant de l’humour et de l’amour dans les escapades palpitantes de Berlin. Ce changement de ton ajoute une nouvelle dimension au personnage, mettant en valeur sa capacité à charmer et à captiver non seulement ses compagnons voleurs, mais aussi les téléspectateurs du monde entier.

L’influence de La casa de papel

Le succès de « La casa de papel » a eu un impact profond sur l’industrie espagnole de la production médiatique. La popularité de la série a non seulement rehaussé le profil du contenu en langue espagnole, mais a également inspiré la production d’autres séries espagnoles. Les plateformes de diffusion en continu telles que Netflix et Amazon Prime Video ont reconnu le potentiel du contenu en langue espagnole et ont réalisé des investissements importants dans l’industrie de la production médiatique espagnole.

Investir dans la production espagnole

Face à la demande croissante de contenus espagnols, Netflix a agrandi son centre de production espagnol à Tres Cantos. Cette expansion en fait le premier site européen à abriter 10 scènes et un centre de post-production, renforçant ainsi la position de l’Espagne en tant qu’acteur majeur de l’industrie mondiale de la production. Grâce à ces investissements, les cinéastes et les créateurs espagnols ont davantage de possibilités de mettre en valeur leurs talents et de raconter des histoires captivantes à un public mondial.

L’avenir de la production espagnole

L’essor des plateformes de streaming et le succès récent des films espagnols laissent présager un avenir radieux pour la production espagnole sur la scène internationale. À mesure que les téléspectateurs du monde entier découvrent la richesse de l’histoire et les personnages captivants des séries en langue espagnole, la demande de contenu de haute qualité en provenance d’Espagne devrait continuer à croître. Cette tendance profite non seulement aux acteurs établis comme Pedro Alonso, mais elle ouvre également la voie à de nouveaux talents qui pourront briller et se faire un nom dans l’industrie internationale du divertissement.

Pedro Alonso : passionné de chaos

Pedro Alonso se distingue par sa passion pour le chaos au cœur des scénarios intrigants et des choix de personnages ambigus. Dans l’atmosphère de décadence et d’excitation, il incarne la lueur bienfaitrice de Berlin. Son interprétation vivante du personnage apporte une vitalité bienvenue à La casa de papel, enrichissant la série qui cherchait désespérément une profondeur.

L’intrigue : une masterclass par hasard

L’intrigue se concentre sur une masterclass accidentelle à l’époque précédant La Casa de Papel, où Berlin décide impulsivement de mettre en œuvre son génie en dérobant des bijoux d’une valeur de 44 millions d’euros d’un coffre-fort dans une banque parisienne. Les péripéties qui pourraient découler de cette décision audacieuse semblent, étrangement, ne pas troubler le monde de Berlin. L’histoire se déroule de manière aussi imprécise qu’un ivrogne trébuchant à travers un champ de peaux de bananes, comptant davantage sur la chance que sur l’exécution d’un plan réfléchi.

Dans une démonstration de créativité plutôt étonnante, la série emprunte sans vergogne des personnages et des rôles à sa série principale, agissant comme si cela passerait inaperçu. Outre Berlin, le groupe se compose d’un intellectuel contemplatif mais réservé, incarnant la force intellectuelle (Tristán Ulloa en Damián, un homologue plus âgé et portant des lunettes d’El Profesor joué par Álvaro Morte), d’une figure charismatique mais plus simple et spirituelle (Joel Sánchez en Bruce, une version moins nuancée de Denver joué par Jaime Lorente), et d’une aventurière hantée par une relation passée (Begoña Vargas, apparemment destinée à la déception car son personnage, Camerón, reflète étroitement Tokyo joué par Ursula Corberó).

Les similitudes dans la série sont ouvertement reconnues, et bien que tous les personnages ne manquent pas d’originalité, comme en témoigne l’ajout de Keila (interprétée par Michelle Jenner) en tant que hackeuse timide, on ne peut s’empêcher de penser que l’inclusion d’un personnage nommé Roi (joué par Julio Peña Fernández), un anagramme de Rio, le personnage interprété par Miguel Herrán dans la série originale, ressemble davantage à un exercice de copier-coller. Cela suscite des questions sur les contraintes de temps auxquelles les créateurs, Álex Pina et Esther Martínez Lobato, étaient confrontés ou s’ils ont simplement opté pour la voie de la facilité par amusement.

Conclusion

Avec le retour de Pedro Alonso dans le rôle de Berlin dans la série préquelle « La casa de papel », les fans peuvent s’attendre à plonger plus profondément dans le passé complexe du personnage et à vivre des braquages palpitants dans le cadre romantique de Paris. Le succès de « La casa de papel » a non seulement propulsé le contenu en langue espagnole vers de nouveaux sommets, mais il a également contribué à la croissance de l’industrie de la production médiatique espagnole. Les plateformes de diffusion en streaming continuant à investir dans la production espagnole, l’avenir est prometteur pour les cinéastes, les acteurs et les créateurs espagnols, ce qui garantit que des histoires captivantes et des personnages inoubliables continueront d’orner nos écrans.

Notre avis sur la série

Berlin ne réussit pas seulement à maintenir l’héritage de La Casa de Papel ; il trébuche, chute et s’enfonce dans un abîme de médiocrité. La tentative d’apporter de l’humanité à Berlin se retourne contre lui de manière spectaculaire, laissant derrière elle une étude de personnage dépourvue de profondeur et de but. Ce qui aurait pu être une exploration fascinante d’un individu sombre se transforme en une cascade d’erreurs, adoptant des thèmes discutables et s’appuyant sur les coïncidences comme une béquille.

5/5 - (1 vote)

What If…? Previous post Marvel’s What If…? Saison 2 : La liste des épisodes dévoile des intrigues à couper le souffle
cinema Next post Le film « Wonka » en tête du box-office 2023, la reprise du cinéma se profile